Genopole a accueilli 550 personnes lors du colloque organisé mardi 13 novembre pour ses 20 ans. Quatre personnalités politiques sont intervenues : Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile-de-France, François Durovray, président du Département de l’Essonne et Francis Chouat, président de l’agglomération Grand Paris Sud.

Des intervenants de renommée internationale ont montré, tout au long de cette journée, l’impact considérable qu’auront les innovations issues de la génomique, du numérique et de l’intelligence artificielle, dans notre médecine de demain, notre alimentation, notre façon de produire …

Ces innovations vont approfondir les connaissances fondamentales mais aussi contribuer à redynamiser le paysage industriel français.

Genopole, qui rassemble des laboratoires académiques et des entreprises de biotechnologies, participera à cet élan. Jean-Marc Grognet, directeur général de Genopole, annonce l’ambition du biocluster : « Genopole apportera sa brique à la constitution de nouvelles filières d’avenir tant en santé qu’en protection de l’environnement ».

Quatre filières sont ciblées :

– la médecine personnalisée : l’installation en 2019 du Crefix, centre de référence et d’expertise du plan France médecine génomique 2025 en est l’illustration

– les thérapies innovantes, nouvelle génération de médicaments (thérapie génique et thérapie cellulaire)

– les biotechnologies industrielles pour favoriser la transition écologique

– la génomique numérique, convergence de la biologie et de la puissance informatique

L’objectif est de constituer sur site un continuum dans ces quatre domaines, depuis la formation jusqu’à l’industrialisation.

Genopole s’appuiera pour cela sur ses forces vives existantes :

– la formation en lien avec l’université d’Evry et l’université Paris Saclay, les grandes écoles (Télécom Sud Paris, Télécom Ecole de management Business Scool, Ensiie), l’IMT (Institut des métiers et des technologies).

– la recherche académique portée par des organismes CEA, Inserm, CNRS, Inra

– l’industrialisation avec les entreprises innovantes du site, le centre de production de médicaments de thérapie génique Yposkesi créé par l’AFM-Téléthon ou encore Global Bioenergies …

Genopole veut aussi attirer de nouvelles entreprises et de nouvelles équipes de recherche. Le biocluster engage pour cela des démarches de prospection, de recherche de financement et de collaborations, en Europe et à l’international.

Deux distinctions récentes ont récompensé son rayonnement à l’étranger :

– L’Initiative européenne pour l’excellence des clusters (ECEI) de l’ESCA (European secretariat for cluster analysis), réseau fondé par la commission européenne, lui a décerné le label bronze européen

– L’AURP, association de parcs universitaires nord-américains, vient d’attribuer à Genopole le prix « Parc de recherche d’excellence » de l’année, décerné pour la première fois à un cluster situé hors des Etats-Unis.

Citations

Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation : « Genopole pourra compter sur un soutien renouvelé de l’État lui permettant de faire évoluer son modèle pour l’adapter aux enjeux de la forte compétition mondiale dans le domaine. Il me paraît nécessaire de préserver, voire de renforcer les positions fortes de Genopole en génomique, en biomédecine et en biologie de synthèse en poursuivant la stratégie de soutien aux meilleures équipes scientifiques et en se projetant comme le bio-cluster de l’Université Paris-Saclay ».

Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile-de-France : « Genopole est au cœur de la nouvelle stratégie que nous avons mise en place pour la recherche en Ile-de-France. Nous avons positionné la Région à l’interface de la recherche fondamentale et la création de valeurs, l’activité économique, à l’endroit même où se fait l’innovation technologique… Genopole est un maillon fort, clé de notre stratégie dans le domaine des biotechnologies. Nous voulons que Genopole rayonne. Financièrement et intellectuellement, la Région sera complètement à vos côtés pour poursuivre ce rayonnement ».

François Durovray, président du Département de l’Essonne : « 20 ans, c’est le temps du bilan. Ce n’est plus seulement une réussite de la Région, de l’agglomération, du département de l’Essonne, c’est aussi une réussite nationale et mondiale. Cette aventure est plus grande que nous !».

Francis Chouat, président de l’agglomération Grand Paris sud : « Cette aventure donne l’espoir, l’envie, l’excellence à des territoires comme Evry souvent méconnus … Le périmètre actuel est déjà à l’étroit. Cela nous conduit à prévoir de nouveaux développements, des hectares rendus disponibles pour le déploiement des activités de Genopole ».

Jean-Marc Grognet, DG de Genopole : « A Genopole, 17 laboratoires académiques rassemblent plus de 800 professionnels, chercheurs et techniciens. 200 entreprises ont été labellisées. 623 M€ ont été levés depuis 2000. Ainsi, pour un euro de subvention investi par la puissance publique sur Genopole, plus de 3 euros sont venus sur le site par des investisseurs privés ».

A propos de Genopole

Biocluster français, Genopole rassemble 87 entreprises de biotechnologies, 17 laboratoires de recherche, 27 plates-formes technologiques, ainsi que des formations universitaires (université d’Evry, Paris Saclay). Son objectif : créer et soutenir des entreprises de biotechnologie et le transfert de technologies vers le secteur industriel, favoriser le développement de la recherche dans les sciences de la vie, développer des enseignements de haut niveau dans ces domaines.

Dirigé par Jean-Marc Grognet, Genopole est principalement soutenu par l’Etat, la Région Ile-de-France, le Département de l’Essonne, l’agglomération Grand Paris Sud, la Ville d’Evry et l’AFM-Téléthon.

https://www.genopole.fr/